Les Lois naturelles de l'enfant
eBook - ePub

Les Lois naturelles de l'enfant

Céline Alvarez

Partager le livre
304 pages
French
ePUB (adapté aux mobiles)
Disponible sur iOS et Android
eBook - ePub

Les Lois naturelles de l'enfant

Céline Alvarez

Détails du livre
Aperçu du livre
Table des matières
Citations

À propos de ce livre

L'enfant naît câblé pour apprendre et pour aimer. Chaque jour, les neurosciences nous révèlent son incroyable potentiel, sa capacité à se nourrir du monde pour former son intelligence. Pourtant, par manque d'information, nous imposons à l'enfant un système éducatif inadapté aux leviers naturels de son jeune cerveau, qui l'empêche d'apprendre qui freine l'apprentissage et n'encourage pas sa bienveillance innée. Plus de 40% d'entre eux sortent du primaire avec des lacunes qui les empêcheront de poursuivre une scolarité normale. e livre fondateur révèle une autre façon de voir l'enfant et de concevoir son éducation à la maison et à l'école. Céline Alvarez explique de manière limpide les grands principes scientifiques qui sous-tendent l'apprentissage et l'épanouissement. Elle partage son expérience, les activités qui peuvent aider les enfants à développer leur potentiel, ainsi que la posture appropriée de l'adulte. La révolution de l'éducation est possible. Céline Alvarez a mené une expérience dans une maternelle en ' zone d'éducation prioritaire ' et ' plan violence ', à Gennevilliers. Elle a respecté les ' lois naturelles de l'enfant ' et les résultats ont été exceptionnels. A la fin de la deuxième année, tous les enfants de grande section et 90% de moyenne section, étaient lecteurs et affichaient d'excellentes compétences en arithmétique. Ils avaient par ailleurs développé de grandes qualités morales et sociales.

Foire aux questions
Comment puis-je résilier mon abonnement ?
Rendez-vous simplement dans la section compte dans paramètres et cliquez sur « Résilier l'abonnement ». C'est aussi simple que cela ! Une fois que vous aurez résilié votre abonnement, il restera actif pendant le reste de la période pour laquelle vous avez payé. Découvrez-en plus dans paramètres.
Puis-je / comment puis-je télécharger des livres ?
Pour le moment, tous nos livres en format ePub adaptés aux mobiles peuvent être téléchargés via l'application. La plupart de nos PDF sont également disponibles en téléchargement et les autres seront téléchargeables très prochainement. Découvrez-en plus ici.
Quelle est la différence entre les formules tarifaires ?
Les deux abonnements vous donnent un accès complet à la bibliothèque et à toutes les fonctionnalités de Perlego. Les seules différences sont les tarifs ainsi que la période d'abonnement : avec l'abonnement annuel, vous économiserez environ 30 % par rapport à 12 mois d'abonnement mensuel.
Qu'est-ce que Perlego ?
Nous sommes un service d'abonnement à des ouvrages universitaires en ligne, où vous pouvez accéder à toute une bibliothèque pour un prix inférieur à celui d'un seul livre par mois. Avec plus d'un million de livres sur plus de 1 000 sujets, nous avons ce qu'il vous faut ! Découvrez-en plus ici.
Prenez-vous en charge la synthèse vocale ?
Recherchez le symbole Écouter sur votre prochain livre pour voir si vous pouvez l'écouter. L'outil Écouter lit le texte à haute voix pour vous, en surlignant le passage qui est en cours de lecture. Vous pouvez le mettre sur pause, l'accélérer ou le ralentir. Découvrez-en plus ici.
Est-ce que Les Lois naturelles de l'enfant est un PDF/ePUB en ligne ?
Oui, vous pouvez accéder à Les Lois naturelles de l'enfant par Céline Alvarez. Nous disposons de plus d'un million d'ouvrages à découvrir dans notre catalogue.

Informations

Éditeur
Les Arènes
Année
2016
ISBN
9782352045823

L’aide didactique

1.

Affiner
ses perceptions sensorielles
Le matériel sensoriel que j’ai choisi d’utiliser possède l’immense avantage d’isoler, pour chaque activité, une seule qualité à explorer.
Prenons par exemple le matériel permettant d’étudier et de discriminer les différences de longueur : les barres rouges. Il présente dix barres de bois de longueurs différentes, la plus courte mesure dix centimètres, la plus longue un mètre. Toutes les barres sont peintes d’une seule couleur, le rouge, et ne présentent aucune différence de texture. Le seul paramètre qui varie est la longueur des barres. L’attention de l’enfant est donc attirée et canalisée sur les différences de longueur, il n’est distrait par aucune autre variation sensorielle.
De la même façon, le matériel dédié à l’apprentissage des couleurs attire l’attention de l’enfant uniquement sur la variation de couleurs : les tablettes de couleurs ne présentent aucune différence de forme ou de texture, seule la couleur des tablettes varie. Les huit clochettes de la gamme de do – jouant chacune une note : do, , mi, fa, sol, la, si, do – ont été également conçues selon ce principe : toutes les clochettes sont similaires en apparence, seul le son que chacune produit varie.
Les barres rouges canalisent l’attention de l’enfant
sur les différences de longueur.
Un enfant de 3 ans reconstitue la gradation des barres,
de la plus longue à la plus courte.
Il exerce sa capacité de discrimination des dimensions
sans distraction ni double tâche.
Une seule et unique qualité est donc mise en lumière à la fois pour la plupart de ces activités de raffinement sensoriel. Cette clarté cognitive est fondamentale, car nous savons aujourd’hui que le cerveau ne peut pas traiter deux informations en même temps. Si plusieurs informations lui parviennent, le cerveau les considère les unes après les autres et le traitement des données s’en trouve ralenti – voire altéré. Cette clarté cognitive du matériel, qui exclut les distractions et les doubles tâches, est une des conditions qui permettent une expérience d’apprentissage optimale1. Il est donc essentiel qu’elle guide nos choix de matériels et d’activités.

Mises en paires et gradations

Afin de préciser leurs capacités perceptives – c’est-à-dire afin de mieux voir, de mieux sentir, de mieux entendre, de mieux toucher –, les enfants sont invités à exercer leurs sens de deux façons :
– ils peuvent réaliser des gradations, comme c’est le cas avec les barres rouges. Avec le matériel dédié aux couleurs, les enfants choisissaient une couleur (le bleu par exemple) et classaient ses différentes nuances de la plus foncée à la plus claire. Ces gradations permettaient aux enfants de préciser avec beaucoup de subtilité leur sens visuel et de mieux voir le monde extérieur ;
– lorsque le matériel le permettait, l’enfant était d’abord invité à effectuer une mise en paires avant la gradation : il regroupe alors deux à deux les éléments qui possèdent la même qualité. Cet exercice est une première façon pour l’enfant de préciser et d’affiner ses capacités perceptives avant de pratiquer la gradation, qui demande une capacité plus fine de discrimination. La mise en paires est possible par exemple avec les tablettes de couleurs. L’enfant est encouragé à mettre deux à deux les tablettes des trois couleurs primaires (bleu, rouge, jaune), puis celles d’autres couleurs (orange, vert, violet, marron, gris, noir, blanc, rose), et enfin les tablettes des soixante-trois nuances issues de neuf couleurs différentes. L’enfant possède alors cent vingt-six tablettes et doit constituer soixante-trois paires de nuances2.
Un enfant de 3 ans réalise une mise en paires
avec la deuxième boîte de couleurs.

Nommer ses perceptions avec la leçon en trois temps

Lorsque certaines activités induisaient un vocabulaire nouveau pour les enfants, comme c’est le cas pour les couleurs, nous présentions celui-ci de manière assez formelle, en recourant à la très efficace leçon en trois temps d’Édouard Séguin. Ces trois temps devraient être connus de tous les enseignants, car ils permettent à l’enfant de mémoriser deux ou trois nouveaux mots d’une manière extraordinairement efficace. Prenons l’exemple des couleurs :
1. Le premier temps consiste à nommer. Il s’agit de nommer soi-même les couleurs en les pointant du doigt, et de les faire répéter à l’enfant. Nous disions « rouge » en pointant la couleur du doigt, et l’enfant répétait : « rouge ». Puis nous nommions « bleu » en pointant la couleur du doigt, et nous attendions que l’enfant répète : « bleu ». Nous procédions de la même façon avec « jaune ». Nous recommencions ainsi plusieurs fois avec les trois couleurs sur un temps court pour ne pas lasser l’enfant.
2. Le deuxième temps consiste à montrer. Nous demandions à l’enfant : « Montre-moi le jaune. » Il pointait alors le jaune avec son doigt. « Oui, c’est jaune », disions-nous en confirmant le nom de la couleur. Puis nous lui demandions de nous montrer les autres couleurs que nous nommions successivement, toujours sur un temps court et amusant. À cette étape, l’enfant commençait déjà à associer un nom à l’objet ou au concept, sans pouvoir encore le nommer lui-même. Cette deuxième étape devait être plus longue que les autres pour permettre aux enfants de bien mémoriser le vocabulaire.
3. Enfin, le dernier temps consiste à identifier. Nous demandions à l’enfant en pointant du doigt la tablette de couleur rouge : « Qu’est-ce que c’est ? » Si les deux temps précédents ont été suffisamment enthousiasmants, il répondra avec élan (et parfois bruyamment) : « C’est rouge ! » Nous poursuivions ainsi avec les deux autres couleurs, et nous faisions durer ce troisième temps jusqu’à ce que le nouveau vocabulaire semble acquis – en prenant soin de changer les tablettes de place sur la table (ce qui amusait beaucoup les enfants).
En prolongement de ces trois temps, nous jouions à un petit jeu que les enfants adoraient. Nous demandions à l’un d’entre eux de fermer les yeux, et nous cachions une des trois tablettes dans notre dos ; nous invitions ensuite l’enfant à ouvrir les yeux, et nous demandions : « Qu’est-ce que j’ai caché ? » Après un temps de concentration parfois intense, il répondait, le visage illuminé de malice : « Rouge ! Tu as caché le rouge ! » Plus tard, nous présentions trois autres couleurs à l’enfant en prenant soin de l’inviter tout d’abord à nommer celles qu’il connaissait. Parfois, il n’en avait retenu que deux sur trois de la leçon en trois temps de la veille, il fallait alors lui présenter de nouveau la couleur oubliée avec deux nouvelles. Les enfants réutilisaient spontanément ces petits jeux de cache-cache avec leurs camarades, il arrivait donc très souvent qu’ils apprennent les couleurs entre eux sans que nous ayons eu à les leur soumettre de manière aussi formelle. Je me souviens avoir vu des enfants qui ne connaissaient pas le nom des couleurs jouer à ce jeu : ils fermaient les yeux, un camarade retirait une couleur qui était sur la table, et la cachait dans son dos. L’enfant qui réouvrait les yeux savait celle qui manquait, s’élançait pour la nommer, mais était incapable de le faire. Frustré, il demandait alors à son camarade : « Elle s’appelle comment la couleur dans ton dos ? » Dès que son camarade lui répondait, il s’appropriait le mot et disait : « Vert ! Tu as pris le vert ! »
De temps en temps, il m’arrivait de prendre les principales couleurs lors de nos temps de regroupement collectif 3, de présenter les tablettes une à une aux enfants et de les inviter à les nommer. Cet échange avait toujours lieu sur un temps court, mais je tenais à le faire régulièrement, et je disais clairement : « Les enfants, je tiens à ce que vous connaissiez le nom de toutes les couleurs, c’est important. » Ils prenaient donc cela très au sérieux. Ma façon de souligner l’importance d’un élément comme celui-ci leur permettait d’apprendre plus rapidement. En effet, le ton de voix que j’employais, encourageant mais très sérieux, était un signal social ostensible qui orientait l’attention des enfants sur un élément et leur faisait prendre conscience de son importance, ce qui leur permettait de le retenir. Nous avons vu en première partie de ce livre que sans ce type de signaux sociaux clairs (voix, regard, pointage), les enfants peuvent passer totalement à côté d’éléments flagrants et importants à apprendre de leur environnement4. À l’inverse, avec ce genre d’indications explicites que je prenais soin de donner aux enfants, ils ont pu retenir les choses importantes de manière très efficace. Bien évidemment, je ne donnais pas de telles indications à tous les regroupements, pour ne pas prendre le risque de diluer l’impact de ma guidance et de perdre l’attention des enfants : je choisissais donc les éléments réellement importants à souligner en priorité pour ces enfants – et attendais parfois plusieurs semaines qu’ils soient acquis pour diriger ensuite leur attention sur de nouveaux éléments.

Mieux voir

Afin d’aider les enfants à percevoir plus finement le monde par leur sens visuel, nous leur proposions différentes activités. Le matériel des couleurs, ainsi que celui des barres rouges, entraient dans cette catégorie. Néanmoins, pour affiner leur sens visuel, la première activité que nous présentions aux enfants, âgés de 2 ans et demi à 3 ans, était celle des encastrements cylindriques, car elle proposait un contrôle de l’erreur mécanique, ce qui aidait les enfants à développer une attention plus forte, ainsi qu’un sens visuel plus précis, avant d’utiliser les autres activités, telles que les barres rouges, ne présentant pas de contrôle de l’erreur aussi clair.
Quatre séries de cylindres à encastrer étaient donc disponibles, chacune proposant une gradation de dix cylindres, dont la hauteur et l’épaisseur variaient de façon constante. Il s’agissait, pour l’enfant qui avait retiré les cylindres des cavités, de faire correspondre le bon cylindre avec la bonne cavité. Cette activité permet aux jeunes enfants de développer de manière extrêmement précise leur perception des dimensions – hauteur, largeur – et de mieux voir ainsi le monde qui les entoure. Leur œil s’affine. Nous ne présentions qu’un seul encastrement à l’enfant, en sortant délicatement les cylindres du socle devant lui. Nous les mélangions ensuite sur la table, puis nous proposions à l’enfant de les replacer. Avec le temps, lorsqu’il parvenait à réaliser seul un premier encastrement – peu importe lequel –, nous invitions l’enfant à travailler avec deux encastrements en même temps. Il devait alors mettre en paire vingt cylindres et vingt cavités différentes. Pour un enfant de 3 ans, il s’agit d’une activité très difficile. Plus tard, il utilisera trois encastrements en même temps, et devra réaliser l’activité avec trente cylindres et trente ...

Table des matières

Normes de citation pour Les Lois naturelles de l'enfant
APA 6 Citation
Alvarez, C. (2016). Les Lois naturelles de l’enfant ([edition unavailable]). Les Arènes. Retrieved from https://www.perlego.com/book/3470813/les-lois-naturelles-de-lenfant-pdf (Original work published 2016)
Chicago Citation
Alvarez, Céline. (2016) 2016. Les Lois Naturelles de l’enfant. [Edition unavailable]. Les Arènes. https://www.perlego.com/book/3470813/les-lois-naturelles-de-lenfant-pdf.
Harvard Citation
Alvarez, C. (2016) Les Lois naturelles de l’enfant. [edition unavailable]. Les Arènes. Available at: https://www.perlego.com/book/3470813/les-lois-naturelles-de-lenfant-pdf (Accessed: 15 October 2022).
MLA 7 Citation
Alvarez, Céline. Les Lois Naturelles de l’enfant. [edition unavailable]. Les Arènes, 2016. Web. 15 Oct. 2022.